Solidarity for the victims of Charlie Hebdo attack - English

Freedom can’t be slaughtered

By Hasso Mansfeld9.01.2015Culture and Society, Medien

The gruesome attack on Charlie Hebdo is unparalleled in scope but frighteningly familiar in structure. Declarations of solidarity are therefore coming too late. (Article in French.)

9dd16632e9.jpeg

L’impact très personnel d’un attentat terroriste se mesure par la façon dont il imprègne la mémoire: on se souviendra toujours, où on était et ce qu’on faisait au moment même que l’on apprît la nouvelle. C’est qu’à cet instant on se sentait frappé au cœur. Voilà comment fonctionne le terrorisme, c’est ce qui en fait une arme si efficace. Le meurtre barbare de neuf membres de la rédaction de “Charlie Hebdo”, d’un concierge et de deux policiers est un événement, qui nous occupera longtemps, parce qu’il nous a blessé tout personnellement.

Quand j’eus la nouvelle d’un attentat avec plusieurs blessés, j’étais avec un client à Dortmund. J’en étais immédiatement choqué mais nullement surpris. Triste état des choses, que nous avons pris l’habitude de vivre en présence de la terreur. Ensuite vinrent les détails effarants: dix morts, onze morts, douze morts. Les photos et les vidéos, qui font de nous les spectateurs horrifiés et impuissants du massacre. Ayant des amis en France depuis plus de 40 années, mes premières pensées inquiètes allaient vers eux. Puis, progressivement, la dimension humaine et symbolique de la sauvagerie se faisait sentir: Douze individus innocents, dont le « crime » était d’exercer leur droit d’opinion en tant que dessinateurs, caricaturistes et publicistes, exécutés de manière barbare. L’attentat de “Charlie Hebdo” est une attaque des valeurs universelles de la raison.

Tout cela éveillait en moi des sentiments d’ébranlement, de colère et d’insécurité. En tant que libéral et publiciste, mais surtout en ma qualité d’humain, qui est attaché à la France par une longue amitié, je ressens cet attentat comme une atteinte personnelle à mes convictions, à mon style de vie.

Ne pas supprimer la colère

Maintenant que les premiers suspects ont été appelés, je me surprends dans de cruelles fantaisies de vengeance à l’égard des appréhendés. Je crois que c’est dans la nature humaine. Cette colère, qui se manifeste dans les rues et sur les places de France tout comme dans les réseaux sociaux et le courrier des lecteurs des jours eaux, demande à être canalisée mais non pas supprimée. C’est pourquoi j’ai été en quelque sorte gratifié par le coup de colère du Président du Conseil des Musulmans en Allemagne, Aiman Mazyek. Ce dernier a déclaré « qu’aucune religion ni aucune idéologie ne comporte la moindre justification pour une pareille action » et que les auteurs de cet attentat devaient être « abattus ». L’expérience qu’en vue des dimensions du massacre beaucoup de musulmans partagent mon accablement et ma colère me rend malgré tout un peu d’espoir.

Tout compte fait la vague les déclarations de solidarité a malgré tout un arrière-goût désagréable. Les grands-titres de « Je suis Charlie Hebdo » en première page des journaux allemands me rappèle les temps où la défense de la liberté d’expression contre les vexations des groupes religieux ne faisait nullement l’unanimité. Il n’y a pas trop longtemps bon nombre des journalistes, qui se solidarisent maintenant avec “Charlie Hebdo” accusaient le journal Danois “Jyllands Posten” de provocation irresponsable; rappelons nous que le caricaturiste Kurt Westergaard, créateur du fameux Mohammed au turban-bombe fut alors accusé d’avoir provoqué les excès le la « Rue Arabe ». De même le débat public sur l’assassinat du régisseur Theo van Gogh trahissait les mêmes accents de ricanerie clandestine, que l’on avait discerné chez le “Mescalero de Göttingen” après l’assassinat de l’avocat général Siegfried Buback par le RAF en 1977.

« Tant-pis pour eux »

Le terrorisme islamique vise à blesser l’Occident là où il est la plus vulnérable. Le dernier attentat et extraordinaire par ses dimensions, mais il ne l’est nullement par sa méthode et sa structure. Hélas il a été ignoré trop longtemps. En 2010 la chaîne de télévision allemande ZDF, qui avait invité Kurt Westergaard pour une interview, avait décommandé cette rencontre de peur devant d’éventuelles réactions violentes; il a fallu la pression du public pour que les responsables se décident enfin de réaliser l’émission. La réaction occidentale ne fut pas moindre lâche en 1989, quand la Fatwa de l’Ayatollah Khomeini menaçait l’écrivain Salman Rushdi de mort et l’obligeait de vivre en clandestin pendant des années.

Il y a dans les actualités au sujet de l’attentat une appellation, que je trouve plutôt détestable: “Charlie Hebdo” est souvent apostrophé comme étant un journal satirique et ‚islamo-critique’. Cela sous-entend une dissonance de « tant-pis pour eux ». Or, même si l’attentat semble être perpétré par des islamistes, “Charlie Hebdo” n’est pas décidément « islamo-critique”. C’est tout simplement un magazine satirique, qui lance ses flèches sans distinction contre François Hollande, Nicolas Sarkozy, le Front National, le Vatican, ou l’Islam radical.

Le mouvement de solidarité sincère, ample et emphatique pour “Charlie Hebdo” et les proches des victimes permet de voir en avant. Mais il est aussi indispensable de regarder en arrière pour comprendre l’attentat dans son contexte. Cet état d’esprit est essentiel pour ne pas céder au terrorisme, pour déployer notre consternation et notre colère inévitable de façon productive pour annihiler le succès apparent des terroristes. Dans ce contexte c’est encourageant de voir des organes de presse, qui il y a quelque temps encore avaient contourné les caricatures de “Jyllands Posten”, publier obstinément les dessins de “Charlie Hebdo”. De même qu’il est gratifiant de voir que des dessinateurs du monde entier prennent le défi de lancer des caricatures solidaires. Tout cela n’annule pas la tragédie et la mort des victimes, dont les amis et familles ont toutes mes sympathies et mes condoléances. Mais cela démontre que la terreur ne vaincra pas. L’idéal de la liberté ne peut être massacré. C’est un moment de consolation en ces heures difficiles.

COMMENTS

MOST COMMENTED

Most People Are Rationally Ignorant

What decisions would we make if we deliberated carefully about public policy? Alexander Görlach sat down with Stanford's James Fishkin to discuss deliberative democracy, parliamentary discontent, and the future of the two-party system.

A Violent Tea Party?

For many Europeans the massacre in Arizona is another evidence that political violence is spreading in the United States but this unfortunate event was the deed of a mentally ill person, not a political activist. There is no evidence of an increasing political extremism tearing America apart. Using

Passage to India

The US and Russia don't agree on much - but they are both keen to develop a good relationship with India. How do we know? Look at the arms trade.

"Cities are making us more human"

More than 50 percent of the world's population now live in cities – and there is no end of urbanization in sight. Harvard economist Edward Glaeser believes urbanization to be a solution to many unanswered problems: pollution, depression and a lack of creativity. He spoke with Lars Mensel about the

No Glove, No Love

Contrary to the mantras repeated by the press, HIV infections are not increasing. We need to move away from activist scare tactics and towards complex risk management strategies.

Perfection Is Not A Useful Concept

Nick Bostrom directs the Future of Humanity Institute at Oxford University. He talked with Martin Eiermann about existential risks, genetic enhancements and the importance of ethical discourses about technological progress.

Mobile Sliding Menu